Manifestations en France contre les règles du passeport sanitaire Covid-19 | Nouvelles du monde

La police de Paris s’est heurtée à des manifestants dénonçant le projet du président Emmanuel Macron d’exiger un certificat de vaccin Covid-19 ou un test PCR négatif à partir du mois prochain afin d’accéder aux bars, restaurants et cinémas.

Macron a annoncé cette semaine des mesures globales pour lutter contre une augmentation rapide des nouvelles infections à coronavirus, notamment la vaccination obligatoire des agents de santé et de nouvelles règles sur les passeports de santé pour le grand public.

Il est allé plus loin que la plupart des autres pays européens, car la variante hautement contagieuse du Delta alimente une nouvelle vague de cas et d’autres gouvernements surveillent de près la réaction du public français.

La police a tiré à plusieurs reprises des gaz lacrymogènes alors que les manifestants renversaient des poubelles et incendiaient une pelle mécanique. Certains manifestants en dehors des escarmouches portaient des badges portant la mention “Non au passeport sanitaire”.

Certains détracteurs du plan de Macron – qui oblige les centres commerciaux, cafés, bars et restaurants à vérifier les dossiers de santé de tous les clients à partir d’août – accusent le président de bafouer les libertés et de discriminer ceux qui ne veulent pas du tir de Covid.

“C’est complètement arbitraire et complètement antidémocratique”, a déclaré un manifestant qui se faisait passer pour Jean-Louis.

Macron dit que le vaccin est le meilleur moyen de remettre la France sur les rails et qu’il encourage autant de personnes que possible à se faire vacciner.

Des manifestations ont éclaté dans d’autres villes comme Nantes, Marseille et Montpellier.

Le mécontentement a eu lieu le jour de la Bastille, l’anniversaire de la tempête sur une forteresse médiévale à Paris en 1789, qui a marqué le tournant de la Révolution française.

Parmi les autres propositions du projet de loi du gouvernement figure l’isolement obligatoire de toute personne testée positive pendant 10 jours, la police procédant à des contrôles aléatoires, ont rapporté les médias français. Le bureau du Premier ministre n’a pas répondu aux demandes de confirmation des détails.

Bouton retour en haut de la page