L’Inde exhorte le Canada à lever l’interdiction des vols directs | Nouvelles du monde

L’Inde a officiellement demandé au gouvernement canadien de lever l’interdiction des vols directs au départ de New Delhi. Cette interdiction est en vigueur depuis le 22 avril et a été prolongée à deux reprises.

La demande de reprise anticipée des vols en vertu de l’Accord sur le corridor aérien, entré en vigueur l’été dernier, a été transmise par le haut-commissariat de l’Inde à Ottawa sous la forme d’un communiqué diplomatique formel, une note orale, au ministère canadien des Affaires étrangères. , Affaires mondiales Canada.

L’interdiction actuelle expire le 21 juillet, à moins que le ministère des Transports ne la prolonge pour la quatrième fois. La décision initiale a été prise en avril alors que l’Inde faisait face à une deuxième vague dévastatrice de la pandémie de Covid-19 et en raison des craintes au Canada concernant la transmission de la variante Delta par les passagers aériens.

Le haut-commissaire indien à Ottawa, Ajay Bisaria, en visite à Toronto, a déclaré au Hindustan Times : « Nous avons averti les autorités canadiennes que les passagers indiens et canadiens, en particulier les étudiants, sont très demandés et gênés. Nous avons également évoqué la reprise spectaculaire en Inde et la baisse des cas. »

Bisaria a également tenu des réunions avec des représentants d’Air India et d’Air Canada. Avant que l’interdiction ne soit appliquée, les deux compagnies aériennes nationales exploitaient des vols presque quotidiens entre New Delhi et les villes canadiennes de Toronto et de Vancouver. On pense que les deux compagnies aériennes sont intéressées à reprendre le trafic aérien au plus tôt.

Après avoir rencontré le représentant d’Air India au Canada, Bisaria a tweeté : “Il est important de normaliser la mobilité rapidement pour parvenir à une reprise économique, pour parvenir à la normalité dans les affaires et l’éducation.”

Il a également souligné la « mobilité normale » lors d’une rencontre avec des dirigeants provinciaux de l’Ontario, dont le ministre du Cabinet Victor Fedeli et la sous-ministre Nina Tangri.

Le communiqué s’est concentré sur la baisse des taux d’infection en Inde alors que le programme de vaccination s’étendait et que le taux de positivité tombait bien en dessous de 5%. En comparant les deux principales plaques tournantes du couloir aérien, un responsable indien a déclaré que si Delhi compte désormais environ 50 nouveaux cas chaque jour avec une population de près de 20 millions d’habitants, la province de l’Ontario, où se trouve Toronto, compte environ 150 fois par jour. .

L’Inde a déclaré que les données factuelles, ainsi que les inconvénients pour les citoyens indiens et canadiens, devraient être pris en compte lorsque le gouvernement canadien décidera de l’interdiction en cours.

Les responsables indiens ont également attiré l’attention sur les difficultés rencontrées par les étudiants qui souhaitent commencer leurs études au Canada pour le semestre commençant en septembre et qui doivent arriver à temps pour se préparer.

La suspension a été initialement annoncée le 22 avril et devait durer 30 jours. Cependant, il a par la suite été imposé pour deux périodes supplémentaires de 30 jours chacune, dont la dernière expire ce mois-ci.

Bouton retour en haut de la page