Des milliers de manifestants descendent dans la rue à Cuba contre la pénurie de vaccins | Nouvelles du monde

Des milliers de Cubains sont descendus dans la rue dimanche lors de manifestations rarement vues de La Havane à Santiago, exprimant leur frustration face aux conditions économiques, au rythme des vaccinations contre le Covid-19 et à ce qu’ils ont décrit comme une négligence du gouvernement.

Le président Miguel Diaz-Canel, qui est également le chef du Parti communiste, a blâmé les États-Unis pour les troubles dans un discours national dimanche après-midi.

Des jeeps des forces spéciales avec des mitrailleuses sur le dos ont été repérées dans la capitale, La Havane, et Diaz-Canel a appelé ses partisans à faire face aux “provocations”.

Des milliers de personnes se sont rassemblées dans le centre-ville de La Havane et le long de la route côtière au milieu d’une forte présence policière. Il y a eu des arrestations et des bagarres.

Un journaliste de Reuters a vu la police asperger certains manifestants de gaz poivré et en frapper d’autres avec des matraques, mais il n’y a eu aucune tentative d’affronter les milliers de personnes chantant “liberté” directement alors qu’ils se rassemblaient et marchaient dans le centre-ville. Leurs cris « Diaz-Canel démissionne » ont noyé des groupes de sympathisants du gouvernement qui scandaient « Fidel ».

Les manifestations ont éclaté dans la municipalité de San Antonio de los Banos, dans la province d’Artemisa, à la frontière avec La Havane. Des vidéos sur les réseaux sociaux ont montré des centaines d’habitants scandant des slogans anti-gouvernementaux exigeant tout, des vaccins contre les coronavirus à la fin des pannes de courant quotidiennes.

“Je me promenais juste dans la ville pour acheter quelque chose à manger et il y avait beaucoup de monde, certains avec des pancartes, qui protestaient”, a déclaré au téléphone une habitante du quartier, Claris Ramirez.

“Ils protestent contre les coupures de courant, qu’il n’y a pas de drogue”, a-t-elle ajouté.

Diaz-Canel, qui venait de rentrer de San Antonio de los Banos, a déclaré que de nombreux manifestants étaient sincères mais manipulés par des campagnes de médias sociaux orchestrées par les États-Unis et des “mercenaires” sur le terrain, et a averti que de nouvelles “provocations” ne seraient pas tolérées.

Plus tard dimanche, il y a eu des manifestations à des centaines de kilomètres à l’est de Palma Soriano, à Santiago de Cuba, où des vidéos sur les réseaux sociaux ont montré des centaines de personnes dans les rues, encore une fois confirmées par un résident local.

“Ils protestent contre la crise, qu’il n’y a ni nourriture ni médicaments, que tout doit être acheté dans les magasins de change, et la liste s’allonge encore et encore”, a déclaré Claudia Perez.

CRISE ÉCONOMIQUE

“Nous appelons tous les révolutionnaires du pays, tous les communistes, à descendre dans la rue partout où des tentatives sont faites pour produire ces provocations”, a déclaré Diaz-Canel dans son discours à la radio.

Le pays dirigé par les communistes connaît depuis deux ans une crise économique qui s’aggrave, que le gouvernement attribue principalement aux sanctions américaines et à la pandémie, tandis que ses détracteurs citent l’incompétence et un système à parti unique calqué sur l’Union soviétique.

Une combinaison de sanctions, d’inefficacités locales et de la pandémie ont paralysé le tourisme et ralenti d’autres revenus étrangers dans un pays qui en dépend pour importer la majorité de sa nourriture, de son carburant et de ses fournitures pour l’agriculture et la fabrication.

L’économie s’est contractée de 10,9 % l’année dernière et de 2 % en juin 2021.

Il y a eu une augmentation des cas et des décès de Covid-19 cette année, avec un record de 6 900 cas et 47 décès signalés samedi.

Cuba dispose de deux vaccins et a lancé une campagne de vaccination de masse, avec 1,7 million de ses 11,2 millions d’habitants vaccinés à ce jour et deux fois plus dans les différents états de la procédure en trois coups.

Bouton retour en haut de la page